22 oct. 2017

L'amour viendra après

https://luquilit.blogspot.com/2017/10/tout-commence-cet-ete.html




Tout a commencé cet été.

Il faisait encore beau et clair, et comme tous les ans je m'étais rendue pour quelques jours sous les sommets protecteurs de mes Hautes-Alpes favorites. Là-bas, entre l'eau turquoise de la piscine et les vigoureuses piques du soleil, j'ai eu envie de filmer un petit boomerang pour le poster sur Instagram, en véritable enfant du XXIème siècle.
Une fois le tout réalisé, j'ai reçu dans mes DM des commentaires adorables de plein d'amies, mais il y en a un qui m'a marqué, qui a bougé au fond de moi jusqu'à éclore aujourd'hui et donner naissance à cet article.
La jeune fille qui m'a envoyé ces quelques mots (je l'embrasse si elle passe par là) m'a tout d'abord complimenté, puis, à mon remerciement, a répondu ceci :

"Je t'assure, tu ne te vois pas objectivement."


Sur l'instant, ces mots ne m'ont pas particulièrement frappée, mais ils ont refusé de s'effacer et ont continué à tourner dans mon esprit. Cette minuscule phrase me permet d'aborder un sujet dont je voulais depuis longtemps parler par ici; les complexes, la beauté, notre regard sur nous-même.
Parce que finalement, peut-on se voir objectivement ?


Ce qui est drôle, c'est que la fille qui m'a envoyé ce message semble, au premier abord (et je précise que je ne la connais pas extrêmement bien) assez complexée par son physique en général. Alors pourquoi est-ce si dur de suivre un adage que l'on dispense aux autres, et que l'on sait bien fondé ?

Tout simplement parce que son conseil, aussi bienveillant soit-il, est impossible à appliquer en pratique.
Il est impossible de se voir de manière totalement partiale, dénuée de jugement. Nous vivons en permanence, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept et pendant toute notre vie, dans ce petit réceptacle qui contient tellement. Comment peut-on espérer prendre un recul suffisant pour s'observer d'un œil juste, sachant que nous n'en avons jamais la possibilité physique ? C'est irréalisable.
On lit souvent, dans les magazines, des astuces permettant d'arrêter de complexer, de renforcer sa confiance en soi, et attention, ses conseils sont loin d'être tous mauvais. Ce qui me dérange en revanche, c'est cette conclusion qu'ils offrent à chaque fois : "suivez nos conseils et vous serez totalement heureux, oubliez tous vos complexes, ne pensez que au positif !" Évidemment je caricature un peu, mais pas tant que ça.
Cette vision me semble un peu embellie, un peu trop simple. Face à elle, il y a trois types de personnes : celles qui lèvent les yeux au ciel et déclarent que ça ne fonctionne pas, celles, comme moi, qui restent sceptiques et essayent de se faire leur propre avis sur la question, et celles, pleines de bonne volonté, qui s'efforcent d'appliquer les idées dispensées, parfois à leurs dépends. La jeune fille dont je vous parlais tout à l'heure appartient à cette dernière catégorie, selon moi (mais encore une fois, je peux me tromper).
Elle et beaucoup d'autres prennent ces astuces à la lettre, et décident d'oublier leurs complexes, de bloquer toutes leurs mauvaises pensées, de rester sourdes. D'après ce que j'ai pu voir, elles ne font qu'éviter le problème, ce qui ne marche pas très bien. Elles commencent alors à éviter les miroirs, un certain type de tenues (les maillots de bain par exemple) de peur que leur barrage intellectuel cède et qu'elles se retrouvent à nouveau face à leurs angoisses. A côté de cela, elles répètent à tout-va les conseils qu'elles s'efforcent d'appliquer, comme si elles détenaient la clé du bonheur, comme pour se convaincre. Ces personnes sont elles moins complexées pour autant ? Je ne crois pas.
"The only thing we have to fear is fear itself * " disait F. Roosevelt. Autrement dit, esquiver les soucis ne pourra pas les régler. Tout passe, comme beaucoup de choses j'ai l'impression, par une notion d'équilibre.
Il est normal, naturel, rassurant ? de complexer. Il est normal de ne pas aimer certains aspects de soi, de parfois se murmurer "et si..." à propos de telle ou telle partie du corps. Il est normal de vouloir changer, c'est humain. Cela ne sert à rien de vouloir réfréner votre humanité.
Au lieu de se dire "J'ai des complexes, c'est mal, je devrais me trouver belle pour être mieux avec moi-même", dites-vous "J'ai des complexes, comme tout le monde. Il y a des choses chez moi qui ne me plaisent pas, tant pis, passons outre ! Tant que cela ne m'empêche pas d'avancer dans la vie, pourquoi s'en soucier plus ?"
Et là, magie ! Les complexes ne vous pourriront plus la vie. Parce que vous les avez écoutés, vous les avez pris en compte, mais pour autant vous avez décidé qu'ils ne régiraient pas votre existence.
Ils ne disparaîtront pas, comme je l'ai dit, il est normal de se vouloir parfait. Simplement, lorsqu'ils vous traverseront l'esprit, regardez-les, et laissez-les s'en aller de nouveau. Je ne dis pas que c'est un travail facile, mais il a le mérite d'être plutôt efficace en ce qui me concerne.
Ne vous forcez pas à vous aimer si vous n'en êtes pas capable pour l'instant, essayez juste de composer avec ce que la nature a consenti à vous donner; faire du sport ou pas, s'habiller, se coiffer de telle ou telle façon sont des manières de le faire.
Pendant longtemps je voulais absolument changer, je ne me supportais pas. Et puis, un jour, le déclic s'est fait, j'ai réalisé tout ce que je viens de vous expliquer, j'ai commencé à le mettre en pratique. Cela ne signifie pas que je me trouve géniale, juste que j'ai appris à relativiser sur mes défauts et, du coup, à voir davantage mes qualités.
Bien sûr, qu'il y a des jours où je me trouve moins bien que d'autres, voire que je me trouve carrément laide et bête. Bien sûr, que si un bon génie passait par là, et qu'il me demandait ce que j'aimerais changer chez moi, je saurais exactement quoi lui répondre. Mais cela n'arrivera pas, alors pourquoi s'empoisonner la vie ?
En attendant, la plupart du temps, je me sens bien. Je me respecte. Les choses ont été posées à plat sur une table et mon âme a tiré le drapeau blanc. J'avance, main dans la main, avec un corps qui a le mérite d'être le mien. Je me connais et surtout, je me reconnais. Oui, c'est moi, et c'est comme ça.


Acceptez-vous. L'amour viendra après.


* La seule chose que nous devons craindre, c'est la peur elle-même

Billets doux :

  1. Je suis entièrement d'accord avec toi. Je m'aime bien comme je suis et j'apprends à m'accepter tel quel parce que je ne pourrais pas changer certaines choses chez moi. Mais il m'arrive aussi certains jours de ne pas pouvoir me voir en peinture. Mais je l'accepte et ça fait parti du processus pour s'assumer :) Autant mettre à plat ce qu'on n'aime pas chez nous pour pouvoir passer outre que de se fourvoyer !
    Très belle plume, comme d'habitude ;)
    Bisous ❤

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup :) Ça me fait plaisir de voir des personnes qui pensent un peu comme moi ! C'est en partie pour ça que j'aime venir écrire par ici.

      Bisous.

      Supprimer
  2. Tu es formidable, c'est magnifique, ta plume et tes pensées! B R A V O!! XOXO, une grande admiratrice <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour tous ces jolis mots pas du tout mérités !!
      Bisous.

      Supprimer