25 juil. 2017

La page blanche

https://luquilit.blogspot.com/2017/07/et-puis-lenvie-decrire-est-revenue.html




Et puis, l'envie d'écrire est revenue.


Wow, ça faisait si longtemps... Je dois dire que ça me fait un peu bizarre de revenir par ici. Après de très longs mois sans bloguer, les doigts hésitants au-dessus du clavier, je me jette à l'eau, enfin. Cet article sera sans doute un peu brouillon, pardonnez-moi.


Les raisons de mon absence

Pourquoi tant de mal, tant de peur, à écrire par ici ?
Impossible de répondre. Peut-être étaient-ce les cours, qui ont tendance à pomper toute mon énergie et à tuer dans l’œuf ma créativité, peut-être était-ce tout simplement moi qui subissait une sorte de vide créatif.
J'ai toujours fonctionné par vagues, comme une courbe avec des hauts et des bas; aussi quand j'ai commencé à ressentir les premiers symptômes de cette période de creux, je ne me suis pas forcée, ça réapparaissait toujours au bout de quelques semaines. Vous savez que je préfère ne rien poster qu'un contenu baclé, qui ne me plaît pas et me dégoûterait du blogging.
Sauf que voilà, j'ai attendu, attendu encore... Et toujours rien.
C'est alors que s'est formé en moi un cercle vicieux, un espèce de cyclone noir qui aspirait tout ce qui concernait le blog. Je ne voulais plus en entendre parler, y penser me dégoûtait, je me sentais nulle d'avoir tout abandonner et nulle aussi de vouloir continué, je n'étais pas à ma place sur Internet... Cet espèce de trou vorace n'a fait que grandir, il est encore là à l'heure où je vous parle. Je le sens me transpercer la poitrine, presque physiquement, c'est fou.
Cependant, depuis quelques jours, il y a du changement. Surprise, j'ai constaté que timidement, très très très timidement, l'envie de bloguer pointait en moi, comme une petite fleur en train d'éclore. Je ne fais pas toutes ces comparaisons pour sembler poétique, vraiment, c'est ce que je ressens littéralement. Non non je ne suis pas folle.
C'est cette minuscule éclosion, extrêmement fragile, menacée et ballotée par le cyclone noir qui se trouve à côté, encore bien trop puissant, qui me pousse à vous raconter cette histoire aujourd'hui.
En venant par ici, je risque le tout pour le tout, le petit bouton de rose contre le chaos sombre, qui m'a paralysé pendant si longtemps. Soit la fleur est plus solide qu'elle n'y paraît, elle résiste puis s'épanouit, soit j'aurais trop peur, beaucoup trop peur, pour appuyer sur le bouton "Publier", en haut à droite.
Il y a quelques mois, j'ai lu l'excellent "d'après une histoire vraie" de Delphine de Vigan, que j'ai dévoré en quelques jours et qui m'a énormément plu. Au delà de l'aspect thriller de l'histoire, ce qui m'a le plus attiré est ce que semble ressentir le personnage principal ( écrivaine qui commence à se faire un sérieux nom dans le métier ) face à la page blanche : en effet, tout le livre tourne autour de cette angoisse si bien connue de tous, si banale que vous ne vous apercevez pas de sa gravité avant qu'elle vous frappe de plein fouet. Je me souviens m'être identifiée au personnage, à mon échelle évidemment. 
Je vous conseille vivement ce roman, si vous voulez vous faire une idée de ce que j'ai pu ressentir durant ces longs mois quasiment vides.
Quasiment ? Eh oui, car même si je viens de vous dire que je n'avais presque pas touché à mon clavier à part pour quelques rédactions scolaires, ce n'est pas tout à fait vrai.
Car à tout ce mélange d'émotions contradictoires quant à la création, la fatigue, le manque de temps et j'en passe, je ressentais malgré tout le besoin d'écrire. Et puisque le blog m'effrayait tant, mon cerveau à réussi à tromper cette peur absurde en s'orientant vers autre-chose, qui me permette de continuer à m'exprimer tout en livrant moins de moi-même : la fiction.
Ma professeur de français nous a incité à participer à un concours régional d'écriture de nouvelles, dont le thème était cette année : "l'art du crime : une œuvre d'art au cœur d'une intrigue policière". J'ai toujours rêvé de remporter un concours comme celui-ci, et je ne m'en pensais pas capable. Il semblerait que j'ai eu tort, puisque j'ai remporté le premier prix avec ma nouvelle intitulé "Le prix du succès". Si cela vous intéresse de la lire, je la publierais peut-être ici dans les prochains jours.
Je suis désolée, je me rends bien compte que tout ça devient de plus en plus brouillon mais je dois moi-même faire le tri dans ce gros nœud dans ma tête et je dois dire que ce n'est vraiment pas facile.
Je ne saurais pas dire si l'écriture de cette nouvelle m'a encore plus épuisée "créativement" parlant ou, au contraire, a débloqué quelque-chose, a permis à la petite fleur de se planter, pour reprendre la métaphore de tout à l'heure. Sans doute un peu des deux. Il n'empêche qu'il me semblait important de vous en parler, parce que je sens que cette nouvelle a un rôle important dans ma reprise du blog, parce qu'elle m'a fait réalisé quelque-chose d'important, sur lequel je viens de mettre le doigt, un doigt hésitant, qui a peur de se faire brûler.
Je me suis rendue compte que, ce qui me bloquait peut-être, (je dis bien peut-être car comme je l'ai dit et répété, il est très dur pour moi de comprendre cette angoisse) c'était ces articles que je n'ai plus vraiment envie d'écrire, parce que pour moi écrire, ça ne doit pas être un substitut à l'oral. Cela doit être une toute autre façon de s'exprimer, une poésie, un art à part entière, qu'il faut savoir goûter, savourer.
Ce qui m’amène au plus important : je n'ai pas quitté le blog parce que je n'aimais plus écrire. Mais parce que ce qui me plaisait dans l'écriture, je ne le fournissais pas assez ici. Oh, bien sûr, il y a toujours des catégories d'articles de j'adore, surtout ceux de La chronique des sentiments, articles humeurs à l'état pur, ce que je préfère écrire.
Mais à côté de cela, je me sentais obligée de partager avec vous d'autres sortes d'articles, parce qu'il étaient là à la création du blog, et que je m'étais "promis" de respecter mes engagements. Je me forçais donc à rédiger, sans plaisir aucun, mes avis de lecture, ou encore ces conseils et astuces que je vous dispensais régulièrement.
Je crois que l'on voit tous où cela nous a mené.
A plus rien du tout.
Cependant, si c'était cette sorte d'article que vous affectionniez le plus sur le blog, ne vous mettez pas tout de suite à pleurer. Ce n'est pas que je n'aime plus en parler, bien au contraire, mais c'est que je n'aime plus en parler de la même façon. Je préfère le faire à l'oral.
C'est pourquoi, il y a quelques jours, j'ai demandé à mes parents l'autorisation (je ne suis pas majeure) d'ouvrir une chaîne Youtube.
En réalité, elle existait déjà, seulement je ne postais rien dessus (à part un vlog l'année dernière)
Que les choses soient claires : je ne suis pas sûre que cela tienne la route, que ce soit une bonne idée, que cette chaîne ne mourra pas au bout de deux mois. Je préfère vous prévenir qu'il n'y aura sans doute pas de vidéos régulièrement, parce que je n'aurais pas forcément envie de parler de tel ou tel sujet à un moment fixé à l'avance. Je compte laisser aller tout ça au gré de mes envies. Seulement, cela me permettra de continuer à vous parler de sujets, qui à mon avis se prêtent mieux à l'oral qu'à l'écrit, avec du plaisir, ce qui n'était plus le cas par ici. Mais alors, plusieurs questions doivent vous venir à l'esprit.

Une nouvelle organisation

Si vous me suivez depuis quelques temps déjà, vous savez que ce blog est, à la base, anonyme. Seulement, quand on filme des vidéos, il est vrai qu'il devient difficile de cacher son visage... (même si je le sais, certains le font) Donc tant pis, je montrerais ma face sur le net. Et ça me fait un peu peur, quand même. 
Pour autant, je ne sais pas si j'arrêterais de faire des photos où l'on ne voit pas mon visage, parce que je dois avouer que j'aime beaucoup ce style. Il apporte une certaine poésie aux clichés je trouve.
En parlant de looks, je ne sais pas encore si je les continuerais sur ma chaîne ou sur le blog, je pense que je verrais avec le temps.
Comme pour mon visage, plus trop besoin de vous cacher mon âge, ou là ou j'habite : c'est pourquoi je vous révèle tout ça dans ma petite vidéo de présentation, juste en-dessous.
Dans cette même vidéo, je vous annonce aussi ce que vous trouverez sur la chaîne, un peu plus précisément que dans cet article. Vous verrez également que j'ai déjà posté quelques vidéos sur la chaîne, puisqu'il m'a fallu vraiment me lancer dans le projet avant de publier cet article.
Que de bonnes raisons d'aller voir ce qu'il se passe là-bas donc !





Quant au blog, vous me retrouvez donc ici à l'occasion, de temps en temps, quand l'envie d'écrire, la vraie cette fois-ci, me prendra. 


Eh bien voilà, je pense avoir tout dit... Et je me sens déjà soulagée. 

Peut-être aurais-je assez de courage, finalement, pour cliquer sur "publier ?"


A bientôt...



Billets doux :

  1. Ça me fait très plaisir de pouvoir te lire de nouveau :)
    Je comprends ce que tu entends par la page blanche, j'ai également lu ce roman de Delphine de Vigan (très bon roman d'ailleurs) ! Avec l'écriture, c'est parfois quitte ou double : soit plus tu écris et plus l'inspiration vient, soit plus tu écris et moins tu as d'inspiration. Je sais que j'ai des périodes où écrire me donne plein d'autres idées et d'autres où ça me lasse. Il ne faut pas se forcer. Si aujourd'hui tu as envie de retenter, libre à toi ! Moi, ça me fait plaisir en tout cas et je trouve ça chouette que tu aies créé ta chaîne Youtube :)
    Et sinon, je trouve que tu écris très bien, je l'avais déjà remarqué alors ce serait très sympa que tu publies ta nouvelle :) D'ailleurs, si sur ton blog tu as envie de n'écrire que des articles plus poétiques ou Humeurs comme j'aime les appeler, libre à toi :) Ce serait chouette aussi ! En somme, fais ce que tu veux Lucie, saches que je continuerai à te lire !
    Voilà, je crois que j'ai assez parlé pour aujourd'hui, je t'embrasse ♡

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Solange, d'être encore derrière moi alors que j'ai déserté pendant de si longs mois... A ce propos, je voulais m'excuser car tu t'es peut-être rendue compte que je ne venais plus visiter ton blog... S'il te plaît ne le prends pas personnellement, j'ai agit de la même manière avec quasiment tous les blogs que je suivais, car vous lire toutes ne faisait que m'enfoncer un peu plus dans la culpabilité de ne rien poster par ici... Pardon encore une fois, tu as du te demander ce qu'il se passait ( ou alors tu n'avais rien remarqué et je passe pour une peste égocentrique haha ) Bref, te voir réagir seulement quelques heures après avoir posté cet article, ça me fait très plaisir. Tu ne te rends pas compte à quel point tes mots me font chaud au cœur.

      Bisous.

      Supprimer
    2. De rien :) Ça me fait très plaisir que mes mots aient pu, peut-être, t'aider à te sentir bien !
      Ne t'inquiètes pas, je ne l'avais pas pris personnellement ! Ça m'avait attristé de ne plus te voir sous mes articles et ça me ferait plaisir de t'y retrouver mais je ne veux forcer personne à commenter. Et surtout, je comprends ton choix d'avoir arrêté de lire/commenter les blogs que tu suivais ! Pas de soucis :)
      Bisous ♡

      Supprimer