12 juil. 2016

Shérif au féminin






Bonjour tout le monde !


On se retrouve pour un article lecture, ouuuuui, enfin !! Ça faisait tellement longtemps :) Comme je vous l'explique dans cet article, j'ai cruellement manqué de temps au mois de juin et cela s'est ressenti partout, ici comme au niveau de mes lectures hebdomadaires. Avec les vacances, j'ai pu m'y remettre et voici le premier de juillet : La Fille au Revolver d'Amy Stewart.

Depuis toujours, Les sœurs Kopp vivent isolées des autres, dans la campagne américaine des années 1910. Mais tout change lors d'un banal accident de carriole dans la ville voisine, quand elles sont renversées par un riche industriel de la soie de la région. Riche industriel assez malhonnête, apparemment....puisqu'il refuse de payer les dommages commis. Contrairement à ce que lui conseillent ses sœurs, Constance s'acharne et continue de réclamer l'argent qui lui est dû. Mais voilà que les trois filles reçoivent lettres anonymes et menaces de mort...Prête à tout pour défendre sa famille, la jeune fille d'un mètre quatre-vingt, va s'allier au shérif du comté et n'hésitera pas du tout à prendre les armes pour rétablir la justice...même si pour cela elle doit fouiller dans le passé flou de son ennemi.



Vous l'aurez compris, l'héroïne de cette histoire n'est pas une femme comme les autres ! Et vous n'imaginez pas à quel point. Le meilleur, c'est qu'elle a réellement existé : en effet, le roman est inspiré de l'histoire vraie d'une des premières femmes shérif des Etats-Unis. Depuis le temps, je pense que vous connaissez mon amour pour les récits historiques romancés : en plus d'améliorer sa culture générale, on s'amuse en lisant un bon livre.
Par ailleurs, le texte est assez bien écrit, l'histoire globalement entraînante et les personnages attachants. Que du bon donc ! Le seul bémol : le récit met un petit moment à commencer. Rien de gênant, surtout que lorsque la machine est lancée, elle ne s'arrête plus !
J'ai aussi apprécié le réalisme du récit : même avec des personnages qui sortent un peu du commun, surtout pour l'époque, le récit reste probable et l'histoire vraie n'est pas trop romancée. Cela ne fait que rajouter du réalisme et c'est plus qu'agréable !
Je voudrais m'attarder un moment sur la morale de l'histoire :  Constance est différente, indéniablement, et pour citer le résumé, "n'entre dans aucun moule". Pourtant, grâce à sa volonté, elle réussira à montrer aux hommes qu'une femme n'est pas juste bonne à faire la cuisine et s'occuper des enfants. Tout est possible, et avec un peu de détermination, on peut réaliser ce qu'on veut. Y compris dans l'Amérique misogyne du début du vingtième siècle ! Alors, puisque Constance s'est battue juste pour qu'elle et ses semblables puissent tenir un revolver, battons nous pour que les femmes de demain aient encore un plus bel avenir que le nôtre. En mémoire de femmes comme Miss Constance Kopp.

Ça me semble important, non ?


A bientôt,

Lu

Billets doux :

  1. Super article ma Lu ! Tu m'as vraiment donné envie de lire le livre ;) Bisous

    RépondreSupprimer